L’épicerie cantine n’est plus un Myrthe.

by Raphaële Marchal

Myrthe10801475_10153154008553978_4702423007019018598_n

Feue supérette en seconde peau supafresh, Myrthe roucoule cool au bord du canal. Les malignes Laura et Marion savent s’entourer (Le verre volé, Siseng, Haï Kaï…), et hissent très haut la sélection de produits passés au peigne fin, 100% français s’il vous plaît. Dress code épicerie, ça n’hume rien mais ça mitraille sec et sans rougir les derniers cornichons de France de la Maison Marc, le Prince de Paris, les allègres fromages d’Aligre… là où jouissances et réjouissances jouent la sommité idéale.

Myrthe sur la tarte, le cocon sur-cocooné pousse les plaisirs à l’étage avec une vintage cantine où goutte et re-goutte une Deck and Donohue (bière de Montreuil) et s’affalent, dans un style comme dans l’autre, planches mixtes et salades détox. A baluchonner, des sandwichs au thon Germon fumé, concombre, roquette et huile d’olive de Nyons, et la barre infernale chocolat-pistache de Pralus, qui r’mettraient n’importe quel facteur sur son vélo. Myrthe envoie.