Mais que se passe-t-il au club du cercle…

by Raphaële Marchal

Imperceptibles de l’extérieur, sombres, guindés, discrets, secrets, même un tantinet effrayants, les members clubs balancent fissa sur les genoux d’un film d’Al Pacino, cigare au bec, revolver dans une main, jolie fille dénudée dans l’autre.

Mais les joueurs de poker ne sont pas les seuls à faire des cachotteries, et c’en est une sacrément coquine qu’ont dévoilé Hughes Piketty et son directeur artistique Edouard Rostand en ouvrant Le Cercle, Résidence de Chefs.

Cet ancien salon de lecture décoré par Jacques Garcia tient le pari fou de se faire envahir les fourneaux par des grands noms de la cuisine, pendant trois semaines, et qui se succèdent depuis septembre, tour à tour.

Immersion dans ce bazar de chefs, révérencieux et inédit.

2015-04-03 03.13.22

Qu’ils aient ou non leur restaurant, les chefs peuvent se réinventer trois semaines durant avec un menu unique qu’ils prendront le soin, ou non, de faire évoluer. Se sont déjà prêtés au jeu de cette maison close qui se mange Giovanni Passerini, Gerard Cagna, Julien Perrodin, Grégoire Rousseau, Matthieu Dupuis Baumal, Keysuke Matsushima, Gilles Stassart, Franco Bowanee, Karina Laval… ayant tous en commun le goût du bon, du beau, et du risque.

Lors de ma venue, et pour mon plus grand bonheur, ce sont Sandra Salmandjee (Sanjee, spécialiste de la cuisine indienne et auteur de livres de cuisine) et Matthieu Dupuis Baumal (Troisgros, George V), qui sortaient les fouets pour un duo éphémère, du 31 mars au 21 avril.

sanjee

Ils proposent un menu dandinant de Jaipur à Paris, avec même certains plats servis en deux service, à la française puis à l’indienne. Et ça fonctionne sacrément bien.

Pas question d’attaquer les festivités gosiales sans s’essayer au fabuleux talent d’Alain Duquesnes, chef barman des lieux (Ritz, Ledoyen, Normandy, George V, Métropolitain,…) qui nous cloue le bec avec un cocktail détonnant, entre la Piña Colada et le lassie.

2015-04-03 03.18.06

Côté régalade, c’est Sanjee qui plonge la première avec un velouté froid de lentilles aux épices et des croustillants de légumes, particulièrement légers.

Les deux chefs s’amusent ensuite ensemble sur le foie gras, poêlé et associé au tamarin et noix de cajou, joli dessein que l’on devrait lui infliger plus souvent. Idem pour le bar cendré tandoori, agrumes et fenouil brillant, mon plat préféré de ce dîner, hyper fondant et très malicieux, avec des touches d’épices douces discrètes et très bienvenues.

2015-04-03 04.06.11

Le plus malin de cette balade, c’est les deux services de la volaille, la première farcie aux abats, et la seconde façon Maharajas, servie avec un naan à l’ail, fabuleux.

Joli dessert, frais et bien dosé, autour de la carotte, du safran et du yaourt sour. 
2015-04-03 04.18.462015-04-03 04.36.09

2015-04-03 04.39.472015-04-03 04.56.44

Il me plait bien, ce nouveau cercle, qui ne fait pas semblant d’en être un et qui offre tout ce qu’il promet, les malettes de pognon sous la table en moins.

Vivement les prochaines virées, avec Edouard Cristaudo qui succédera au duo franco-indien le 21 avril. Encerclez-le bien.