Matthieu & Pauline, Créateurs de Bonheur Culinaire

by Raphaële Marchal

En ce superbe mercredi d’automne, j’ai envie de vous parler de bonheur.

Le mien, ce matin, je l’ai trouvé dans 3 cookies, ceux de Matthieu & Pauline, cet irrésistible couple de cuisiniers à domicile, qui proposent 3 menus dignes de ce restaurant que vous adorez.

Capture-d’écran-2014-09-16-à-12.45.23Capture-d’écran-2014-09-16-à-12.38.44Capture-d’écran-2014-09-16-à-12.24.39

En plus d’envahir vos cuisines de leur talent, Matthieu & Pauline, heureux & inspirés, proposent 3 cookies (et c’est tout), qui méritent qu’on parle d’eux.

Mon top 3 (aujourd’hui on parle bonheur ET humour) :

Le Menton : Crème de citron et citron confit, chocolat au lait.
Enfin un cookie qui sent le gâteau, le beurre frais et le bon chocolat, aux très belles notes, rondes et douces, de citron confit sur la langue, merveilleusement terminé par une pointe de fleur de sel… Le graal. Si ce cookie était une chanson, ce serait le titre numéro 2 de l’album. C’est toujours la meilleure, la deuxième chanson.

L’Alba : Noisettes grillées, crumble à la fleur de sel & chocolat au lait 
Difficile de choisir entre Le Menton et L’Alba, prenez les deux. Superbe goût de noisette torréfiée, crumble plus que bienvenu (j’étais dubitative) sur le dessus, il apporte du croquant et surtout une cuisson légèrement plus poussée que le cookie, ce qui offre cette petite touche d’amertume que j’adore dans les biscuits. Belle et harmonieuse répartition du chocolat comme dans le précédent. Terrible.

Le Pointe aux Cannotiers : Grains de vanille de l’Île Maurice et chocolat noir
Si je ne le mets pas en numéro un c’est simplement parce qu’il est plus reconnaissable que les deux premiers, mais si l’on se parle d’équilibre, c’est un sans faute également. Le mariage  chocolat – vanille – sel fait partie de ceux qui ne connaissent pas l’engueulade, la rupture, le divorce, tout ça. Bref, un très beau cookie, fidèle au goût.

10481476_10152485578428978_6938486686512188943_n

Ce qui me fait le plus succomber chez eux, c’est leur goût de liberté, celle de ne pas se plier à cette innommable mode de la-pâte-pas-cuite, mode à laquelle je ne céderai jamais.

Sauf si un jour vous me voyez porter des Crocs.

Ou si on découvrait qu’Hokusai s’était en fait arrêté au milieu d’un tableau, auquel cas je m’arrêterai au milieu de la cuisson, pour la beauté de l’art.

Ces biscuits sont cuits à la perfection, et présentent à la mâche la « moelleuse résistance » que tous les cookies du monde rêveraient d’avoir. Des cookies à la plastik fantastik.

J’en profite pour dédier ce billet sur le bonheur à Simon, qui semble avoir perdu le sien, mais va le retrouver, dans un cookie… ou ailleurs.

Belle découverte à vous, et bonne journée.

www.matthieupauline.fr