Le trophée jeunes talents boiron frères, c’est quoi ?

by Raphaële Marchal

Il est né comme une évidence pour la Fondation d’Entreprise Boiron Frères, forte d’un désir de partager la réussite de l’entreprise avec les jeunes. Ajouté à cela, le constat poignant qu’il n’existait pas de vrai grand concours destiné aux jeunes, avec un réel enjeu, un réel apprentissage et un réel engagement, sans name dropping, story telling et autres anglicismes hasardeux. Elle s’est donc lancée dans un projet solide et durable.

Le Trophée Jeunes Talents Boiron Frères a trois ans, et toutes ses dents. RECIT.

boiron

Chapitre 1 – La genèse d’un tel projet
D’un simple regard extérieur sur Les vergers Boiron, le constat était fait : Boiron Frères parle toujours de ses produits, mais assez peu de son histoire. Pourtant c’est une entreprise française florissante à l’export, au capital familial, totalement indépendante, discrète et engagée, avec son usine grandissante à Valence, ses fruits et légumes reçus frais au quotidien, réduits en purée sur place et envoyés aux chefs du monde entier. L’idée de ce concours était de faire connaître l’excellence et l’humilité inouïe de l’entreprise, en offrant à des jeunes passionnés la chance de leur vie.

« Nul ne sert de parler des valeurs, mieux vaut les incarner ». 

Chapitre 2 – Les étapes de la naissance du concours
Les vergers Boiron travaillent avec les meilleurs restaurants dans le monde, autant y envoyer des jeunes talents de la cuisine pendant un an, et surtout, SURTOUT, leur faire raconter leur histoire du début à la fin, en direct, pour donner envie aux autres d’aller se frotter à différentes cultures : une sorte de kit à grandir.

« Le savoir-faire est aussi important que le faire-savoir »

boiron1

A l’issue d’une première exploration, la sentence tombe : il existe une sacrée flopée de concours. Mais très vite, le projet se requinque dans les échanges avec les lycées hôteliers : il n’en existe aucun de ce type. L’intérêt porté au Trophée est immédiat et reçoit le soutien de l’Education Nationale au plus haut niveau (Michel Lugnier, Inspecteur Général). La proposition du départ pendant un an à l’étranger, versus le concours sur une journée avec une recette et un prix à la fin, est sans commune mesure. Et surtout, ici, il n’y a pas de podium. Les 3 gagnants sont au même niveau !

Chapitre 3 – Le Partenariat avec les Bocuse d’Or Winners
Un mariage évident et précieux pour ces jeunes qui ont l’assurance de partir dans un restaurant reconnu par la crème de la crème.

Anecdote jolie : Les équipes Boiron Frères ont rencontré Michel Roth entre deux trains au Train Bleu, c’était l’occasion rêvée de lui parler et d’être soutenu par les Bocuse d’Or Winners. En 10 minutes, c’était plié, il a dit « c’est génial votre truc on y va ! ». Comme quoi quand l’idée est bonne…

boiron4boiron3

Chapitre 4 – Les étapes du concours

Les étapes pré-finale

– Un dossier de candidature préparé au lycée avec une recette imaginée, photographiée, décrite, et à l’économat entièrement détaillé
– Un post de blog sur une particularité de leur région (culinaire, culturelle, géographique…)
– Une biographie et un CV
– Un portrait vidéo

Le dossier est ensuite transmis à distance puis analysé, et à l’issue, 8 finalistes sont nommés. Ils vont travailler dur entre la nomination et la finale.

Attendent les lauréats #3 Ferdy Debecker, Ørjan Johannessen et Claus Weitbrecht, respectivement en Belgique, en Norvège et en Allemagne :

Boiron6Boiron7Boiron8

La finale

– Un jury « coulisses » : préparation des recettes, propreté du plan de travail, gâchis
– Un jury de dégustation et d’épreuve orale en anglais et en français
– Un jury d’expression écrite et QCM de culture générale

Les 3 lauréats doivent partager les valeurs du Trophée, la recherche de l’excellence, l’humilité, l’engagement absolu, dont Alain Boiron le premier fait grande preuve.

Boiron5

Chapitre 5 – Partir pour revenir grand
La première année, les lauréates sont rentrées absolument transformées de leur voyage. Elles ont pris en maturité de matière fulgurante à la fois techniquement et personnellement. Pour beaucoup, ce voyage sera leur premier, les chefs leur réservent un accueil formidable, une véritable immersion dans leur vie, jusqu’à fêter les anniversaires en famille…  Tout en gardant en tête que ce ne sont pas des vacances ! C’est une année d’apprentissage intense, difficile, loin des repères et de la maison.

L’après Trophée…
Deux des premières lauréates se sont faites embaucher dans les restaurants de Henrik Norström en Suède et Geir Skeie en Norvège après leur année, et ont démarré un début de carrière là-bas. Un si joli bouclage de boucle…

Pour en savoir plus sur l’édition 3, c’est par ici.