Bibendum et ses belles surprises

by Raphaële Marchal

Probablement l’un des plus beaux palmarès jamais livrés par Le Guide Michelin, le tant attendu verdict 2014 est plein de belles surprises qui valaient le coup d’attendre.

Avant d’entrer dans les détails, une chose est sûre, les indétrônables anciens vont devoir faire de la place aux tous nouveaux petits génies, dont le jeune âge n’est pas proportionnel avec leur talent.

Gros plan sur ces nouveaux invités de la Cour des Grands.
Les nouveaux nés : Décrocheurs de la première étoile

pdgla scène

La plus méritée : La Scène, restaurant gastronomique du Prince de Galles, rouvert le 16 Mai 2013, aux manettes de Stéphanie Le Quellec et Yann Couvreur, binôme dont on ne parlera jamais assez. Folie que le Guide ne se permet qu’en cas d’extrême talent : décerner une étoile 9 mois après l’ouverture. Du très beau travail, qui ne devrait pas laisser sa décoration jouer seule bien longtemps…

La plus évidente : Septime, petit bijou de Bertrand Grébaut en plein cœur du 11ème, dont il ne restait à conquérir que les charmes du Guide puisque le trio Pudlo-Fooding-Figaro ne cessait d’en chanter les louanges. Levez-vous tôt, il était déjà difficile d’y obtenir une table avant récompense, il passe maintenant dans la catégorie des impossibles.

La plus inattendue : Qui Plume la Lune, probablement le plus discret des trésors de Paris orchestré par Jacky Ribault, niché rue Amelot. Rappelons ce qu’avait dit le Gault et Millau, qui a l’agaçante manie de rarement se tromper, « la manière a gagné en précision, les deux toques ne sont pas loin. »

Les confirmés : Décrocheurs de la deuxième étoile

akrame akrame2

La plus méritée : Akrame, par l’inégalé Akrame Benallal, grand homme avant d’être un grand cuisinier, qui réussit avec brio un véritable challenge : décrocher la deuxième étoile l’année de l’ouverture d’un deuxième Akrame à Hong Kong, et de Brut, la cave à vins dont je vous parlais la semaine dernière. Précisons que le Chef n’a jamais loupé un service, en d’autres termes, nous avons affaire à un magicien. Bravo.

La plus évidente : Le Kintessence, bébé de Nicolas Sale, génie de 33 ans à l’audace aussi généreuse qu’une huître laiteuse. Encore une décoration bien méritée, qui nous rappelle que le travail paie.

Le maître : Décrocheur de la troisième

Si c’est sans surprise, ce n’est pas sans persévérance qu’Arnaud Lallement décroche sa troisième étoile pour L’Assiette Champenoise, que l’on compte aujourd’hui parmi les grandes tables qui révolutionnent tout ce que l’on pensait savoir sur la cuisine. Un très grand, intimidant, qui porte tellement bien ses trois étoiles qu’on penserait qu’il les a toujours eues.

arnaud-lallementlallement
Les déçus…

Cette année c’est surtout Alain Ducasse qu’il faudra consoler, puisque le Guide a revu à la baisse, son œuvre au Plaza Athénée.

La Bigarrade et la Truffe Noire ressortent penauds également de ce Palmarès, puisqu’ils perdent leur place dans le Guide.

Dans l’ensemble un verdict très juste et très excitant, qui devrait nous occuper jusqu’à février 2015…